top of page

Mamie dans les Orties saison 4 - Héloïse Pierre raconte

Mamie dans les Orties est un podcast qui recueille les récits de nos grands-mères ou comment se nourrir des histoires dans l'Histoire. Parce qu’il est nécessaire de comprendre d’où l’on vient pour savoir où l’on va.


Ici, on découvre ce que veut dire être une femme dans la seconde moitié du XXème siècle et comment l’évolution des droits des femmes a transformé la vie de nos grands-mères.


Ici, on écoute les premières qui ont eu le droit de voter, d’avoir un chéquier à leur nom, de divorcer, d’avorter, finalement de vivre de plus en plus librement.

C'est LE podcast qui donne la parole à nos mamies. Ces femmes qui ont vécu la majeure partie de leur vie sans les droits dont nous jouissons aujourd'hui. Alors pour le combat de ces femmes pour l'égalité, pour être reconnues et entendues, nous leur tendons le micro, nous ouvrons grand nos oreilles et nous écoutons le récit de leur vie.





La saison 4 vient tout juste de commencer et on peut vous l'assurer : sortez vos mouchoirs pour accueillir les larmes de joie, de tristesse et de colère. C'est Rita qui ouvre le bal pour cette nouvelle saison. Rita vit seule. Elle est accompagnée par l'association les Petits Frères des Pauvres.


Pour écouter l'intégralité des épisodes du podcast Mamie dans les Orties, rendez-vous sur Spotify. 🎧


Nous avons demandé à Héloïse Pierre, cofondatrice du podcast avec Marion De Boüard, de nous en dire plus sur Mamie dans les Orties.

(Psst si votre mamie souhaite raconter son histoire, vous pouvez contacter Héloïse ici 😊)



Solène : Tout d’abord, peux-tu nous dire comment est né le podcast Mamie dans les Orties ? 👵


Héloïse : C'était en 2018, pendant une marche pour le climat. J'étais avec Marion et ça faisait quelques mois que nous parlions de ce qui se passait au Brésil. Jair Bolsonaro allait accéder au pouvoir et il comptait réviser les droits sur l'avortement pour les interdire totalement. On s'est dit qu'il fallait que les Brésiliens et les Brésiliennes écoutent leurs grand-mères pour comprendre l'importance de ce droit. Et puis, on s'est rendu compte que cette démarche de transmission et d'héritage devait être faite partout. Nous avons donc décidé de donner la parole à nos grands-mères pour qu'elles nous partagent leur vie de femme à une époque où les droits étaient encore très précaires.


Nous choisissons des femmes nées entre 1920 et 1950. Nous voulons savoir ce que c'était que de vivre dans la seconde moitié du XXème siècle. Nous avons d'abord commencé avec la grand-mère de Marion et c'est comme ça que le premier épisode de Mamie dans les Orties est sorti en mars 2019.



Solène : Rita est la première mamie à passer derrière le micro pour cette saison 4. Comment l’as-tu rencontré ? 👋


Héloïse : J'ai rencontré Rita grâce à l'association les Petits Frères des Pauvres. L'association a entendu parler du podcast et ils m'ont parlé de Rita. Ils étaient sûrs qu'elle allait avoir pleins de choses à dire. Ils m'ont dit que c’était une femme incroyable. Ils lui ont proposé et elle a accepté.


Ils ne m'ont pas mentis. En plus d'avoir une vie très riche Rita est d'une gentillesse et d'une sincérité à toutes épreuves (et des épreuves, elles en a vécues).



Solène : Avant Rita, connaissais-tu les Petits Frères des Pauvres ? 🫂


Héloïse : Oui, ma grand-mère est bénévole chez eux depuis très longtemps. Elle m'en parle souvent, c'est donc assez naturellement que je suis devenue moi-même bénévole. C'est une super association qui propose de la compagnie aux personnes âgées le plus souvent isolé.es et pauvres. En devenant bénévole pour cette association, on s'engage à passer du temps toutes les semaines avec un ou une aîné.e en situation d'isolement social. L'objectif est de leur permettre de garder un lien social, qui participe au bien-être de la personne, même s'ils.elles n'ont plus de famille, ni d'ami.es.



Solène : Pourquoi, selon toi, faut-il écouter l'épisode de Rita ? 🎧


Héloïse : Parce que justement, c'est une mamie isolée.


Mamie dans les Orties c’est 44 mamies interviewées sur 4 ans. Derrière chaque mamie, il y a un.e de ses proches qui nous a contactés pour nous parler d'elle. Et c'est génial, parce que nous on aime écouter les mamies mais quand est-il de toutes celles qui n'ont plus de proches pour nous contacter ? Mamie dans les Orties veut donner la parole à TOUTES nos mamies, les plus riches comme les plus pauvres, celles qui sont entourées comme celles qui sont seules.


Et puis Rita est une mamie au parcours de vie singulier. Rita nous parle des ses moments de joies, de danse et de rire comme des moments qui ont laissé des cicatrices qui ne se sont jamais totalement refermées. Elle ne fait pas de détour pour parler de ses blessures, des crimes qu'elle a subi en toute impunité. Elle le dit, c'est tout.


L'épisode de Rita est un moment hors du commun.

Elle nous donne une leçon de vie incroyable : Malgré les épreuves de la vie, Rita n’a jamais cessé d’avancer, de danser et de faire la fête. De vivre tout simplement. Elle nous rappelle qu’après les nuages, le soleil revient toujours.


C'est pour toutes ces raisons que je conseille très fortement d'aller l'écouter👇



Solène : Quel est ou quels sont les éléments le(s) plus important(s) à retenir du discours de ces mamies ?


Héloïse : De manière générale je dirai que le plus important c’est l’inspiration qu’elles dégagent. Leurs parcours de vie, leur relation au travail. Ce sont des femmes inspirantes qu'il faut écouter. Et puis chaque épisode est un message fort d’amour, de courage, de force et de résilience. En écoutant ces mamies, nous sommes traversé·es par une palette d'émotions. Nous oscillons entre rire, colère, admiration, tristesse, ... Nous pénétrons dans l’intimité d’une vie. C'est pas rien.



Solène : Selon toi, pourquoi est-ce si important de connaître d'où l'on vient pour savoir où l’on va ? 📚


Héloïse : Pour garder en mémoire notre histoire commune à toutes. Je crois que c'est un historien qui a prononcé cette phrase en faisant référence aux horreurs qui se sont passées durant la Shoah. Ces horreurs qui ont été commises à cette époque ne doivent pas être oubliées. Pour ne pas être oubliés, ce sont ceux qui l’ont vécu qui doivent les transmettre aux plus jeunes. Cet exercice a pour but d’empêcher les retours en arrière et les répétitions de ces erreurs.


C’est dans ce même sens que nous donnons la parole à nos grands-mères. Elles ont grandi à une époque ou les droits de la femme étaient peu nombreux. Pendant leur vie, ces femmes ont assisté à de grands changements. Nous voulons savoir comment elles ont vécu ces changements. Comment c'était avant, pendant, après ? Est-ce qu'elle savait ce que c'était le jour où elles ont eu leurs premières règles. Est-ce qu'elles ont pu faire les études qu'elles souhaitaient, le travail qu'elles voulaient faire ? Je pense que c'est très important de connaître les conditions dans lesquelles elles vivaient.


Ces droits que nous avons acquis, pour lesquels nos mamies se sont battues, on peut nous les retirer dans le futur. On le constate de plus en plus dans certains pays. Le droit à l'avortement est un droit primaire qui est menacé à la moindre occasion. Il est donc important de ne pas oublier d'où l'on vient pour continuer de se battre pour nos droits.



Solène : Qu’imagines-tu pour la suite du podcast ? 🤔


Héloïse : J’aimerais bien interviewer des papis. J'aimerais bien saisir leur réaction face aux changements qui se sont opérés dans la société, ce qu'ils en ont pensé. Quand ils étaient jeunes, les femmes devaient avoir la permission pour ouvrir un compte en banque, maintenant leurs petites filles ont beaucoup plus de liberté. Ça en fait du changement.


Mais avant de faire parler les papis j’ai encore plein de mamies à interviewer. Nous n'en avons pas fini avec Mamie dans les Orties !



💁‍♀️ Très bientôt un nouvel épisode va sortir. Cette fois-ci, direction la Bretagne avec une mamie assez insolite. Et oui Marie-Paule vit dans un phare et depuis qu'elle y est (1968) elle ne l'a jamais quittée. Elle est gardienne à vit du phare de Pontusval dans le Finistère. Pour cet épisode, nous avons travaillé en partenariat avec l'office de tourisme Côte des Légendes.


 

Si vous connaissez une mamie bavarde, n'hésitez pas à nous contacter.


À très vite,


Toute l'équipe de Clap Audio


コメント


bottom of page